Dernier jour au Vietnam

  • Par giniekiss
  • Le 05/06/2015
  • Commentaires (0)
Image1 32 Nous sommes le 05 mai, dernier jour de notre visa Vietnamien. Il nous faut donc à tout prix parvenir à la frontière avec le Cambodge aujourd’hui. Hier, nous avons tenté de parcourir le maximum des 400km qui nous séparaient de la frontière depuis Hoi An et nous avons abandonné au bout de 250km et 7heures de route. Ce matin, il nous reste donc 150km. Nous voulons arriver à la frontière pour midi, histoire d’arriver au moment où les douaniers sont tranquilles pour mettre toute les chances de notre côté afin que le passage de la moto se déroule au mieux, car traverser une frontière avec un véhicule n’est pas toujours facile ! Des copains nous ont informés que les motos étaient refusées à la frontière Laos-Cambodge, et que parfois, il est nécessaire de laisser un bakchich.

 

Pour le passage Vietnam-Cambodge, nous ne savons pas trop, ce sera la surprise ! Nous mettons le réveil à 6h pour un départ à 7h. A une allure de 30km/h, nous devrions y être aux alentours de midi, si nous ne faisons pas d’arrêt. Nous nous lançons sur le chemin indiqué par notre application mapsme (une route qui longe la frontière vers le sud) et après une dizaine de kilomètres, nous atterrissons sur une route complètement chaotique, avec des énormes cailloux partout ainsi que des cratères. En résumé, c’est un chemin impraticable. Nous regardons les autres véhicules s’aventurer sur cette route et faire des bonds ou perdre leur chargement en cours de route!  Nous essayons de nous renseigner auprès des locaux afin de savoir si cette route va s’améliorer, car à ce rythme-là, nous arriverons à la nuit et la frontière sera fermée… Mais malheureusement, personne ne nous comprend et nous ne comprenons personne !!! Nous commençons à devenir un peu fous et voyons le temps qui défile! De plus, nous avons crevé 2 fois ces 2 derniers jours, la chambre à air de notre pneu arrière est très fatiguée et nous sentons qu’elle ne va pas supporter cette rude randonnée !

Route frontiere9

Après quelques km, nous décidons de faire marche arrière car la route ne semble pas s’améliorer et un local nous dit que « potentiellement » cette route ne mène pas à la frontière ! Nous avions repéré une autre sur notre atlas routier la veille. Celle-ci était plus longue mais passait par des grandes villes. Elle devrait donc être plus praticable, enfin nous l’espérons car beaucoup de travaux de rénovation de route sont en cours en ce moment dans cette région. Le souci est qu’il est à présent 9h, c’est manqué pour arriver frais à la frontière, il va falloir carburer ! En avant pour faire de la route non-stop afin d’arriver dans les temps. Nouvel objectif : arriver avant que la frontière ne ferme soit avant 17h.

Dès les premiers km, nous avons une très bonne surprise puisque le goudron est parfait ! Nous n’avons encore jamais eu une aussi belle route depuis notre arrivée en Asie. Ca va tout droit et c’est plat. Il n’y a même pas de camion fou pour nous faire des frayeurs tous les 500 mètres ! Nous arrivons à réaliser des records et faisons du 50km/h.

Un dernier plein avant la frontière, nous faisons en sorte d’avoir dans la poche 4€ en monnaie locale en cas de bakchich demandé et nous arrivons à la frontière vers 13h, royal !

Arrivés à la frontière, à Cua Khau lê Thanh, nous nous arrêtons du côté Vietnam dans un grand building climatisé. Les douaniers récupèrent notre passeport et au bout d’une dizaine de minutes, nous le rendent avec le tampon. Il nous faut par la suite reprendre la moto, passer une première barrière où les douaniers nous font de grand sourires et ont l’air vraiment content de voir des étrangers (ce qui nous met en confiance) et faire un petit km pour arriver au poste du Cambodge. Là, c’est une autre ambiance. Un garde nous attend dans une cabane en bois. Il a une ficelle à la main qu’il tire pour lever la barrière qui permet aux véhicules de rentrer ou sortir du pays ! Ce ne sont pas les mêmes moyens qu’au Vietnam !

(Seb, dans la cabane côté Cambodgien où nous avons fait notre visa sur un coin de banc)

Image2 24

Là, il nous faut faire le Visa. C’est pratique, nous pouvons le faire directement à la frontière, comme au Laos, pour 30$. Pour cela, le garde appel un autre officier qui arrive avec une mallette à code au poignet ! Il s’installe avec nous dans la cabane et ouvre sa mallette (contenant les tampons, l’encre, les formulaires et les visa-vignettes) pour nous faire le visa sur le banc situé à côté de nous. C’est du home made, c’est assez folklorique ! Bon, du coup, pour le Visa de Chachou, il se trompe de signature et y revient avec du Blanco… Nous espérons qu’il n’y aura pas de difficultés plus tard dans le pays à cause de cela. Nous insistons pour qu’il nous laisse une lettre au sujet de cette trace de Blanco sur le visa mais il ne nous donnera que son numéro de téléphone pour le joindre au cas où nous avons des problèmes avec la douane à la sortie du pays.

Pour la moto, il ne nous demandera même pas les papiers. Il tiltera légèrement quand à la question « A quelle frontière pensez-vous quitter le pays ? » nous répondrons sans réfléchir « peut-être par avion » ! Mais pas de demande de bakchich, juste 30$ chacun pour le visa. Finger in the nose ! C’est tout souriant que tout le staff nous salue pour notre départ à moto, et nous leur rendons leur au revoir avec un grand sourire. Traverser une frontière Asiatique par ses propres moyens est vraiment une aventure unique que nous n’oublierons pas de sitôt ! Elle aura été sans embûches pour notre part !

tour du monde chachou chapichette voyage Sebastien Virginie frontière Seb moto blog site Vietnam Asie cambodge traverser cua khau le thanh

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau