Dernier trajet avec Mobichou, direction Siem Reap (Le 16/05/2015)

Image11 17En partant de Phnom Penh, nous décidons finalement de ne pas prendre la route vers le bord de mer malgré les conseils de plusieurs voyageurs nous incitant à aller visiter les îles. La fatigue nous fait privilégier la direction de Siem Reap afin d’aller nous plonger dans l’univers des temples de Tomb Raider, vendre la moto et nous éclipser rapidement sur les iles thaïlandaises. La chaleur y fait aussi beaucoup. Nous n’avons pas encore franchi le pas de prendre une chambre climatisée (qui coute le presque le double de ce que nous payons actuellement), mais là, nous n’en pouvons plus. Il devient trop difficile de dormir dans une chambre sous 35 degrés avec pour seule source d’air un petit ventilateur. Nous allons bientôt passer du côté luxueux de la force et opter pour la chambre hors de prix = 10-15$ avec air conditionné.

 

 

 

D’ailleurs, nous apprenons dans le guide qu’il est à priori possible de trouver des hôtels dotés d’une piscine et ce, à des prix abordables à Siem Reap ! Nous allons vivre la vie de rêve la bas.

Le départ de Phnom Penh commence par… quelques heures chez un mécano ! Il nous consolide la roue arrière qui malgré ses rayons tous neufs semble toujours voilée. Trois heures plus tard, nous en avons profité pour aller manger, la roue est enfin prête. Elle est passée chez le soudeur pour réparer le cylindre autour de l’axe qui avait cassé et les roulements ont été changés. Chachou voit Chapichette se décomposer lorsque le mécano essaie de démarrer la moto après avoir bidouillé le démarreur (chose qu’il s’est mis en tête d’améliorer à sa propre initiative) et que celle-ci ne répond pas. En effet, avant, il fallait un peu insister pour qu’elle démarre mais à présent, elle ne bronche même plus ! 5 minutes plus tard, le moteur est entièrement démonté. Chapichette promet à Chachou que c’est la dernière des dernières fois qu’il la voit sur une moto ! Y en a marre des mécanos et de cette fuc***ng moto ! Bon, ne perdons pas patience, on va y arriver...

Image13 18

 

A 17 heures, la moto ronronne et nous décollons enfin de Phnom Penh. Nous faisons prendre dans d’énormes bouchons sur la route. La circulation bat son plein. Nous quittons tant bien que mal la ville pour nous faire surprendre par la nuit 1 heure plus tard...

Pas facile de trouver une guest house au Cambodge. Elles sont souvent mal indiquées dans les endroits non touristiques mais alors de nuit, cela devient presque mission impossible. Il nous est très difficile de rouler entre les gros camions avec une visibilité réduite et la route est devenue sableuse et glissante. Heureusement, par miracle, après des dizaines de kilomètres de recherche, nous finissons par trouver une guest house où se sont regroupés des amis et leur famille. Ils nous invitent à boire des bières avec eux et manger un morceau. Pour la première fois, nous mangeons des mangues vertes et retrouvons la sensation du croquage de pomme au goût de mangue. Les hommes sont assis d’un côté et les femmes restent devant la télévision ou derrière leur mari. Elles ne sont pas directement assises autour de la natte comme nous, sauf la propriétaire des lieux et Virginie qui a auparavant demandé l’autorisation. Nos hôtes sont très sympathiques.

Image12 19

L’un d’entre eux, très avenant, arrive à bien se faire comprendre en anglais. Il nous explique que les Cambodgiens aiment bien trinquer. En effet, à chaque fois que nous voulons boire une gorgée, il faut trinquer avec tout le monde ! Vous imaginez le spectacle ! Et en plus, boire juste une gorgée n’est pas autorisé ! Il faut boire son verre cul sec ou le finir en moins de 3 gorgées (soit 3 trinquages). Mais ça n’est pas fini car dès qu’ils voient nos verres vides ou même à moitié pleins, ils le remplissent aussitôt ! Enfin tout cela pour dire que nous buvons donc beaucoup. Puis, subitement, prise de conscience ou ras le bol de parler anglais, le Cambodgien nous dit que nous devons être en forme pour la route demain. Il trinque avec nous une dernière fois puis nous envoie au lit ! Le lendemain au réveil, nous observons que les Cambodgiens dorment sur des nattes installées sur la planche installée dans leurs lits en bois et qui fait office de sommier. Il n’y a pas de matelas, juste une natte qu’ils étendent la journée pour l'aérer.

La reprise de la route le lendemain sera folklorique. La plus poussiéreuse du voyage ! Croiser des véhicules ou se faire doubler revient à pénétrer dans un nuage de poussière réduisant la visibilité au néant pendant plusieurs minutes.

Image14 18

 

La marque du casque de Chachou en est la preuve après une matinée de route!

Image15 12

A cause de l’état de la route, nous n’aurons encore pas réussi à échapper à la tombée de la nuit avant d’arriver à Siem Reap. Cela nous permet d’étudier un peu plus en détails les installations que nous avions remarquées sur le bord de la route. Elles sont constituées d’un néon fixé horizontalement à un portique en bois et de bâches qui sont repliées sur le bas afin de former une sorte de bac.  Les habitants allument les néons dès que le jour disparait. Nous n’avons pas réussi à percer le mystère de ces installations mais nous disons que cela pourrait servir à attraper des insectes…

Image5 23

Nous aurons également eu le temps de contempler le paysage pendant les trêves de poussière et d’observer les maisons typiques du pays ! Sur pilotis, dotées d’une échelle (ou des petits pontons) accédant sur une porte quasiment toujours grande ouverte ou inexistante ! Maisons dont les façades sont toutes en bois et dont les planches ne sont jamais égalisées à la même hauteur sur les façades latérales. En général, la cuisine qui se situe sous la maison de même que le lieu de vie la journée. Des hamacs sont installés entre les pilotis et sont de vrais réservoirs à « sièsteurs » ! En jetant un œil indiscret dans les maisons, nous nous rendons compte qu’elles sont vides ! Il y a parfois une TV mais la plupart du temps, on n’y trouve que des hamacs et des moustiquaires. Pas de lit… Mais comment font les couples ? :)

Image7 20

Image8 21

Image9 20Image10 24

 

cambodge
Arrivée au Cambogde

Arrivés au Cambodge, nous décidons de nous arrêter juste après la frontière pour essayer de finir d’écouler nos Dongs restants...

cambodge
Banh Lung

Après quelques jours de repos passés dans notre guesthouse, nous avons eu le temps de bien sympathiser avec le petit garçon qui tient les lieux...

cambodge
Kratie et ses dauphins d'Irraw

Kratie est une petite ville au bord du Mékong. Eh oui nous avons retrouvé le Mékong que nous avions laissé à Luang Prabang au Laos...

cambodge
Quelque part sur la route de P

Sur la route de Phnom Penh, après quelques 8h de route, notre roue arrière commence à onduler comme si elle était voilée...

cambodge
Phnom Penh une grande ville au

Visite de Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Instruction sur l'histoire avec les Khmers rouges

cambodge
Année zéro : une révolution me

Aujourd’hui, nous avons visité la prison S21 de Phnom Penh du temps des khmers rouges. L’ancienne prison, qui était à l’origine un lycée...

cambodge
Dernier trajet avec Mobichou,

En partant de Phnom Penh, nous décidons finalement de ne pas prendre la route vers le bord de mer malgré les conseils...

cambodge
Adieu Mobichou

Un mois et demi sur sa selle, 4 000km parcourus, beaucoup d’adrénaline, de surprises, quelques frayeurs, beaucoup de poussière ...

cambodge
Siem Reap, Angkor Wat

Visite des temples d'Angkor Wat sur 3 jours lors de notre passage à Siem Reap.

cambodge
Bye bye le Cambodge

Nous partons du Cambodge le 25 mai en bus en direction de la Thaïlande. Nous avons trouvé un bon tarif à partir de Siem Reap, 9$ par personne pour ce long trajet.

cambodge
Nos impressions sur le Cambodg

Nos impressions sur le Cambodge où nous avons passés trois semaines entre Banlung, Kratie, Phnom Phen et Siem Reap!

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.